De nombreuses activités industrielles sont soumises à des contraintes et des réglementations strictes. Cela dépend notamment des spécificités de leurs activités, comme la production de médicaments. Le secteur pharmaceutique se doit donc de respecter les GMP ou Good Manufacturing Practices. De quoi s’agit-il ? Comment sont-elles mises en œuvre au sein d’une production industrielle ?

En quoi consistent les GMP ?

Les GMP (Good Manufacturing Practices) sont également connues sous le terme de BPF ou bonnes pratiques de fabrication. Bien qu’on trouve des équivalents pour l’industrie agroalimentaire et les cosmétiques, les GMP concernent essentiellement la production de médicaments et autres produits pharmaceutiques qui nécessitent des processus de fabrication rigoureux. Ceux-ci sont réalisés à l’aide de machines spéciales pour concilier un rendement optimal à une confection exemplaire. Édictées sur le plan national ou européen, les GMP sont un gage de sécurité et une assurance qualité.

Les risques liés à la production des industries pharmaceutiques

Concrètement, l’obtention d’une autorisation de fabrication associée aux GMP veille à éviter tout amalgame dans les composantes médicamenteuses. La confusion peut être sur les produits, leurs quantités, ainsi que sur l’étiquetage. De même, il faut pouvoir garantir une production saine dépourvue de toute contamination due à l’environnement ou à une précédente production. Afin de satisfaire à ces exigences, il est important de respecter le cahier des charges réglementaires qui portent notamment sur les règles de sécurité et d’hygiène. À différents niveaux hiérarchiques, l’organisation de travail joue également un rôle essentiel dans une mise en œuvre concrète et efficace.

Les principes des GMP en action

Les bonnes pratiques des GMP touchent l’ensemble de la chaîne de production. Cette dernière intègre les facteurs environnementaux suivants :

  • La méthodologie de production avec contrôles réguliers et process de mise en œuvre validés ;
  • La formation et la sensibilisation du personnel pour un service ou un poste de travail spécifique ;
  • L’identification et la vérification des matières premières ;
  • Le cadre de production adapté à la confection de médicaments : salubrité, conditions d’exercice, sécurité des locaux…

À noter que les GMP concernent aussi le matériel et, par extension, les fabricants de machines spéciales. Celles-ci doivent faire l’objet d’une attention toute particulière en matière de production intensive et d’entretien. Afin d’aider les industriels à respecter la charte de qualité des GMP, il est possible de réaliser des audits pour distinguer les forces, ainsi que les points à améliorer au sein de sa production.

Respecter le GMP est indispensable dans certains secteurs. La plupart des industries doivent suivre les bonnes pratiques du GMP afin de produire des produits de qualité, conformes à la réglementation.